L'overdose se détériore

Publié le par B. et S.

A quatre mains avec Nicolas.

C'est pas comme si je l'avais pas posté alors qu'il date de cet été...

 

Regards hagards, aube d'une bagarre. Il y a des souvenirs qui trahissent. A regarder le long de l'horizon les mots que le vent avait le temps de souffler. La mécanique travaille sans filet aujourd'hui. Le piston s'enfonce, la pression dénonce.

 

L'overdose se détériore.

 

Ca respire d'un bout à l'autre autant que ça peut. Pourtant hier ça vibrait. A se demander si l'horizon a menti. Mais un horizon ça ne ment pas. N'est-ce pas ? Sur tous les tons déformation.

 

L'overdose se détériore.

 

De marbre l'acier restera à jamais. Les visages ne s'impriment pas. Alors en cercle réduit le compas se cantonne. Les planches du parquet ont craqué le monde s'est effondré. Et sans filet la mécanique s'est brisée.

 

L'overdose se détériore.

 

Regards hagards, fin d'une bagarre. Nerf n'a plus rien à informer. Nerf n'a plus rien à ordonner. Argent comptant, peu de crédit. Resserrer encore ce qui restait. Relancer reconstruire recommencer. Piston remonté, tout peut fonctionner.

 

L'overdose se détériore.

 

La mécanique se reconstitue en filet...

 

 

Publié dans So be happy together !

Commenter cet article