Sans oublier Brecht

Publié le par nobody's listening

Merci Brecht paraît-il...

Même que sans lui on serait pas là. On aurait fait un truc normal comme tout le monde. On aurait étudié les maths, l'informatique ou le management. Des trucs qui machent quoi. Qui feront qu'on aura du boulot à la sortie. Evidemment, il se serait toujours trouvé quelques énergumènes pour s'aventurer en philosophie, en psychologie ou pire encore.... en lettre classique ! Quoique... lettre classique il faut reconnaître que ça confère une certaine classe, une sorte d'assurance que l'on respecte sans se l'avouer. Les racines les origines être capable de démonter n'importe quel mot en dix secondes et balancer à qui mieux mieux citations latines et mythes grecs. C'est sur que c'est pas n'importe qui qui s'aventure là dedans. Philo c'est tout de suite moins crédible, ça brasse de l'air à savoir si une pomme a mal ou non quand on la pèle tout ça parce qu'elle ne crie pas à l'agonie. Mais bon, il n'est pas faux qu'un peu d'humanité ne peut pas faire de mal, achevons les pommes le plus rapidement possible, on leur doit bien ça ! Psycho c'est drôle... 

 

Faut dire merci à Brecht !

 

Parce qu'on aurait pu se retrouver à travailler dans une branche où y a encore des sous comme la vente de lunettes, le tri des chaussettes, ou la coloration pour cheveux gras. Non non. Non nous avons dit non. Nous voulons palabrer, nous voulons brasser de l'air nous aussi mais les pommes ça nous intéresse pas. Sauf pour jouer à Guillaume Tell. Ca oui on aime. On trouve ça drôle, on trouve que ça plus de panache. Ou alors on se la fait jeux du cirque et on jongle avec. Pour le spectaculaire on les enflamme. Et puis pour le cliché on jette les cendres depuis le sommet du mont Fuji en prononçant une oraison funèbre digne d'une édition spécial sur toutes les télés du monde de nos parents. 

 

Remercions Brecht !

 

Nous avançons donc maintenant en soliloques irrationnels. A l'occasion on se rappelle qu'il faut quand même se heurter à certaines réalités. Ca, on peut toujours faire avec. Ou faire croire que c'est le cas. La réalité on lui collera un costume, des paillettes des plumes et des couleurs. Pourquoi pas après tout ? On pourra lui faire dire ce qu'on voudra et elle sera la plus convaincante du monde parce qu'on aura bien lu tous les livres maqués sur la liste. On les aura appris par coeur, on les aura digéré et on sera dès lors fin prêt à les recracher sans faire d'histoire. Et comme tous les autres avant nous prétendre ne pas vouloir laisser de traces alors qu'on tue des poulets tous les soirs de St Jean pour se porter bonheur. 

 

Sans oublier Brecht....

 

En attendant réécrire repenser décomposer compenser décrypter oublier réapprendre comprendre relire rédiger réfléchir avancer reculer faire semblant..... Y a de quoi faire et du temps à perdre à ne plus savoir qu'en faire !

 

Donc oui, qu'on le dise bien haut, merci Brecht !

Publié dans So be happy together !

Commenter cet article