1h50 on tourne la page la clé les aiguilles

Publié le par nobody's listening

La faille va s'ouvrir en immense. Vous l'aviez vu venir n'est-ce pas ? Moi aussi. C'est sans doute ça le pire. J'ai mal à la tête et plus d'air. Pas de lumière pour aller en chercher dehors. Trop de risques de tomber dans les fissures.

Le cadre s'est félé, les aiguilles vont bientôt reculer. On repasser le film encore une fois pour le même prix. Economie d'échelle. C'était pas vraiment la dernière séance voyez-vous.

 

Mais non vous ne voyez pas. Vous avez loupé le mouvement de la petite aiguille. Si subtil et délicat que l'oeil non averti se fait avoir à chaque fois. Regardez les choses en face, vous ne savez pas. Mais au final, qu'est-ce que ça peut vous faire ? Vous avez gagné une heure de sommeil.

 

Fin de l'histoire.

 

"Cette nuit j'ai vu dans ma poitrine il y avait un gros bobo.

_Tu as vu ton coeur ?

_Non, c'était vivant."

[Samuel Beckett : FIn de partie]

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article