Pas besoin de diplôme pour être chômeur.

Publié le par nobody's listening

BREAKING NEWS : Des fois l'étudiant doute !

 

Si si. Et même que dans mon cas ça m'empêche de dormir (j'ai toujours eu très bon goût en matière d'effet secondaire). Il m'aura fallu un mois et demi pour tilter que la cause était ce bon vieux doute. Comprenez moi, Ca fait presque sept ans que ça dure ces conneries, je pensais quand même qu'à 22 ans j'avais avancé, voire progressé voire même que j'avais été touché par une certaine grace divine ! Et bah naaaaaaaaaaaaan, mouhahahaha. 

 

Alala, les galères d'orientation, de "qu'est ce que tu vas faire plus tard ?". J'ai pas souvenir qu'aucune de ces étapes ne soient fait autrement que douloureusement. (je pourrais avoir une phrase avec une construction encore plus lourde mais ça me demanderait trop d'effort) Déjà en seconde il fallait choisir une option de détermination (les plus jeunes vont même pas comprendre de quoi je parle). "Euuuuuuuuuuuuuh ????" Je ne sais plus comment j'avais fait pour me décider pour SES. Sans doute parce que j'étais parfaitement incapable de tout le reste. Fin seconde il fallait décider de la filière... "Euuuuuuuuuuuuuuh ????" Ma mère avait alors trouvé judicieur de m'emmener chez les over trop doués conseillers d'orientation de notre état chéri. ("dans les fabriques à chômeurs") Le tout armé de mes bulletins. Conclusion du dit conseiller "Faites S. _J'ai dit que je savais pas quoi entre L et ES... _Faites S" Y en a comme ça ils ont de l'humour. 

 

Le cauchemar suprême arrive en terminal. Le cauchemar du post bac et du site qui va avec. Me rappelle que désespérées Nave et moi voulions remplir avec "Psychopathe schizophrène option cocaïnoman" mais ça ne rentrait pas dans les cases. Histoire de faire plaisir aux profs, à nos parents, Nave a fini par postuler en école d'infirmier et moi en prépa. (parce que nous aussi ona vait beaucoup d'humour)

 

Bref. De fil en aiguille en dépression nerveuse et question métaphysique de l'étagère j'atterris à Rennes licence arts du spectacle. Convaincue de mon choix (enfin) sans pour autant avoir de but précis, tout en me disant que j'avais trois ans pour définir tout ça. Un an et demi sont déjà passés. J'en sais pas pas tellement plus, n'ai pas précisé tant de choses. A part le fait que je suis dans la merde ( = maintenant je sais exactement comment et pourquoi). Mais bon ça y a longtemps que je le sais.

 

 

Problème ? En réalité je n'avais pas trois ans. J'en avais deux, deux et demi en tirant sur la corde. Car après la licence, c'est dossier et / ou concours (mais la différenciation est plutôt hypocrite, dans le fond ça revient au même) quelque soit le choix fait. Que ça soit master (pro ou recherche), une école, ou je ne sais même pas quoi. 

Problème ?

Le fait est que si j'ai atterri en fac c'est bien parce qu'il n'y avait aucune sélection à l'entrée et que ça m'arrangeait bien.

Le fait est que je suis incapable de passer le moindre concours.

Le fait est que je suis de ces gens que l'esprit de compétition laisse froid, voire agace, voire déprime, voire donne des envies pyromanes dont l'objet n'est pas toujours clairement défini

Le fait est que de toute façon quoique tu fasses ou que tu ailles c'est une espèce de concours et que depuis mes 6 ans que ça dure j'avoue que ça commence à me lasser sérieux.

Le fait est que je ne vais plus pouvoir repousser le problème indéfiniment. 

 

Je n'ai absolument aucune idée de quoi faire après cette licence et pourquoi. Que de toute façon je maintiens je sais rien faire d'autre qu'écrire et que déjà il m'a fallu 22 ans pour reconnaître que oui j'étais douée pour ça. Mais écrire ça sert pas à grand chose et c'est over bouché. (aujourd'hui nombreux sont ceux qui tiennent un blog tel que celui-ci pour exposer leur talent. Si vous voyez quelqu'un faire un blog pour exposer comment il a réussi à apprendre le tableau périodique par coeur vous m'appelez) (ceci dit quelqu'un devrait le faire parce qu'être capable d'un tel exploit me paraît incroyable)

Je pense que si je suis autant emmerdée c'est qu'à la base j'étais censée ne jamais avoir 20 ans a.k.a me démerder pour bien vouloir crever avant. Pour une fois dans ma vie que j'avais un plan clairement défini j'aurais dû m'y tenir ! 

 

Le doute quoi. Je m'en retourne fouiner dans l'étagère trouver ma raison de vivre et puis après j'irai coucher toutes les idées pour le projet de scéno qui me traînent dans la tête depuis le début de la semaine parce que dans le fond je me sens quand même très bien où je suis même si ça ne mène clairement à rien... 

 

PS : quel est l'intérêt de l'album "Paradize + 10" ? Non parce que y a absolument aucune différence avec l'original donc bon, pourrait-on arrêter de nous prendre pour des cons merci ça serait gentil U_U

Commenter cet article

Swiss life mutuelle 27/02/2012 06:29

Comme déjà tu te connais, je pense que tu pourra facilement arranger la situation maintenant et prendre un nouveau départ.