Writing on the walls

Publié le par nobody's listening

A un moment, il a bien fallu se lancer. On a regardé les murs, pour la énième fois. Fait le tour, encore. Chercher encore et encore des excuses des prétextes et des diversions. Reculer pour mieux sauter. On avait dit qu'on le ferait. Mais comme d'habitude au pied du mur on rigole moins. Et puis finalement....

 

Une grande inspiration....

Et c'est parti.

 

Lentement, on a décolé toutes les photos des murs. Toutes ces images là depuis tellement longtemps. Sourires rassurant les jours de solitude, regards accusateurs les nuits de paranoïa. Souvenirs. Rire en essayant de savoir laquelle est là depuis le plus longtemps.

 

Dans le fond c'est toute une existence qu'on enlève peu à peu des murs. Ca doit être pour ça qu'on les détache religieusement, qu'on les plie avec soin pour ne pas les abîmer. On dit "on sait jamais", alors qu'on sait très bien. C'est pour le souvenir, c'est pour le principe. Le droit de deuil des familles tout ça tout ça.

 

Et c'est amusant parce qu'on avait presque oublié les murs derrière. On a retrouvé les araignées quelque peu agacées qu'on vienne les déloger de leurs toiles centenaires. Elles ne se privent pas de faire savoir que demain la toile sera à nouveau là. On a l'habitude. Elles sont gentilles les araignées.

 

Le scotch est resté là tellement longtemps qu'il arrache la peinture au passage. On redécouvre les trous qu'on avait cachés. Les vis du miroir qu'on avait explosé... On se souvient du bruit, du grand fracas au milieu des hurlements. Si on se concentre on retrouve même la musique de fond.

 

On enlève les plus vieux vestiges, les vis résistent, se tordent tellement elles sont vieilles. Le placo poudre. Les piles en attendant se renversent. On frappe à la porte, on philosophe d'anarchie sous perfecto... Comme il est plus grand il peut les choper ceux tout en haut. Comment on avait fait déjà pour les accrocher ?

 

Au final, les murs se retrouvent à nu, sans plus rien.

 

La page est blanche, ne reste plus qu'à recommencer. Sans savoir s'il s'agit d'une suite ou d'une quelconque réécriture.

Publié dans Les aiguilles en moins

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Haku 12/08/2011 09:27


J'aime beaucoup !
Un déménagement ou un souvenir de plus?