Vomissure nocturne sans grand intérêt

Publié le par nobody's listening

Tu vas les réveiller à force...

 

Il ne faut pas faire de bruit. Restez le plus silencieux possible. Au moindre craquement, au moindre bruissement, au moindre tremblement, les voix se réveilleront... Cette façon horrible qu'elles ont de remplir tout l'espace. Dévore et dévore. Attaque le cerveau jusqu'à n'en plus pouvoir. Bouffent chaque espace de conscience pour ne plus rien laisser. Ne rien laisser que la peur et les cris. Et quand tu finis par ne même plus t'entendre crier, c'est là qu'il faut commencer à t'inquiéter.

 

Parce que la douleur est toujours là. Présente dans les poumons, l'oesophage qui se déchire. Ca fait tellement mal quand les résistances cassent. La digue qui cède et la vague emporte tout. Et toi tu tentes de flotter comme tu peux. Tu t'accroches en vain à cette foutue bouée. Jusqu'à te rendre compte que ce n'était qu'un leurre. Alors retombe encore plus bas au pied de la falaise.

 

Les voix qui hurlent et déchirent le rideau de l'autopersuasion. Tu ne dormiras pas ce soir. Tu ne dormiras plus jamais d'ailleurs. Des nuits sans fin à compter les étoiles. A l'infini. C'est long l'infini. Surout quand on existe pas à la base.

 

Et toujours dans la chambre, l'écran qui diffuse sa lueur verte :

GAME OVER

Commenter cet article