Rock Writer dans l'âme à définir

Publié le par nobody's listening

 

 

 

Et même que quand je serai grand je serai Rock Writer.

A jeter des mots sur le papier pour cacher l'angoisse de la page blanche. Hurler ma rage pour qu'enfin on m'entende. Parce que et bah même que moi j'en ai des choses à dire. Et et et... Et je trouverai toujours les bons mots. Je saurai quoi dire et j'aurai même pas peur. Plus jamais peur.

 

Le conseiller d'orientation m'a demandé ce que je voulais faire plus tard. Et moi j'ai répondu Rock Writer. Il a ouvert des grands yeux tout ronds et il savait même pas ce que c'était. J'ai dit ça existe pas avant moi. Je suis l'instigateur, l'initiateur le créateur, Dieu le tout puissant des charts. C'est amusant mais ça ne l'a pas fait rire du tout.

 

Mes parents ont voulu voir où j'en étais avec cette histoire. J'ai maintenu que je voulais être Rock Writer. Deux mots qui pour eux étaient synonyme de soupe populaire dans des chaussures trouées aux relans de whyski éco+ (et encore, tant qu'on nous a pas coupé les allocs). Alors j'ai tranquillement expliqué que je voulais juste créer un concept, que j'embarquerai tous les jeunes mômes avides de réussites facebloguiennes et je leur estorquerai jusqu'à leur dernier centime. L'idée a paru leur plaire. En tout cas je suppose vu qu'ils ont passé plusieurs heures à m'expliquer comment déduire ça de mes futurs impôts.

 

Mais j'ai vite oublié cette histoire d'impôts et de conseiller fiscal. Durant les cours je griffone dans la marge les bribes de phrases à coller ensemble. Sous les arbres de la cours je traffique en musique un avenir loin des pages blanches qui ont hanté mes nuits d''enfant. Dans le dos des autres je construis un avenir qui n'appartiendrait qu'à moi. Rentré chez moi je découpe tranquillement les morceaux et recolle en patchwork fastidieux. 

 

J'ai triché, et sans que personne ne s'en rende compte je suis devenu quelqu'un. Un autre qu'on imaginait pas. Qui avait les mots et les sons.

 

Un jour, je serai Rock Writer. Un vrai de vrai.

Publié dans Chronique du vide

Commenter cet article