Réunion de crise

Publié le par nobody's listening

 

 

 

Pandore avait les doigts crispés sur la boîtes comme à son habitude. D'année en année les doigts s'étaient enfoncés, ancrés à jamais dans le bois dépoli. La boîte avait toujours plus de gnons et il fallait toujours autant de force pour la maintenir fermée. Pandore en silence sentait ces dernières heures glisser le long des rainures. Sans pour autant savoir combien de temps il lui restait. Sans pour autant savoir si oui ou non elle en mourrait vraiment. Le silence ou les hurlements, au fond c'est du pareil au même et Pandore ne se souvient pas bien des autres solutions. Elle a la mémoire faussée Pandore. A force de remplir la boîte au hasard aussi...

 

Et puis la boîte a fui.

 

Ce fut la panique. Pandore toujours accrochée à sa boîte a appelé à l'aide ne sachant comment réagir. Mais personne ne savait. Comme à son habitude, Nostradamus n'avait pas la réponse. Nostradamus ne sait prévenir que le passé. Et le passé ne sert plus à rien qu'à lancer les alertes. Les alarmes se débloquent seules sans plus aucune nécessité d'appuyer sur la moindre commande. Le bruit stridant résonnait dans toute la pièce. Nostradamus voulut s'enfouir la tête sous le sable. Mais Pandore avait trop peur. Il devait bien y avoir quelque part la réponse. Il y avait forcément un précédent non ? A défaut d'avoir un oracle fiable, peut-être pourrait-on avoir un résumé approximatif ? Mais Nostradamus restait sans voix devant l'étendu de la fuite.

 

Comme d'habitude, on appela la femme pendule à la rescousse. On chercha en long en large sur la peau, une heure un indice une trace un quelconque qui pourrait aider à savoir si oui ou non il y a eut un avant et si oui ou non il y aura un après. Mais la peau de la jeune femme était saturée de souvenir sans racine sans source et sans auteur. Elle en fut la première désolée, sentant bien qu'elle manquait à son devoir. Elle voulait consoler Pandore qui ne cessait plus de trembler. Ainsi l'échec serait collectif et il fallait en garder trace. Mais la femme pendule ne savait quelle heure inscrire.

 

Et puis Nostradamus a crié... Il semblerait q'un grain de sable n'était pas le même que les autres.

Publié dans Chronique du vide

Commenter cet article

xannuaire-de-fictionsx 28/08/2011 09:01


coucou
juste pour tester si j'arrive a te mettre un commentaire et si tu le recois lol

bisous

(par contre je t'en met un ici ya pas de (une faute ?) pour la fiction lol :s

bisous :)