Réflexionations firmamenteuses

Publié le par nobody's listening

Je désire acheter le ciel....

Qu'elle disait la petite dans le poste. Elle savait sans doute pas quoi faire de sa vie, et elle voulait rassembler du monde parce qu'elle disait qu'être petite c'était pas drôle. Alors elle a dit qu'elle voulait acheter le ciel et qu'elle voulait qu'on l'aide pour ça parce que le ciel c'était tellement grand que ça coûterait tellement trop cher qu'elle pourrait jamais y arriver toute seule. Il fallait que tout le monde s'y mette, tous ensemble faire quelque chose. Chacun comme il pouvait.

 

Je désire acheter le ciel....

C'était devenu la phrase clé. Beaucoup la reprirent parce que beaucoup étaient petits et beaucoup trouvaient ça pas drôle. Ils en avaient marre et dans le fond, acheter le ciel n'était pas une si mauvaise idée. Et puis de toute façon, eux ils en avaient pas de meilleures à proposer.

 

Je désire acheter le ciel....

Les grandes entreprises firent de grandes campagnes de publicité comme elles savaient si bien le faire. Les médias ont fait de grands battages médiatiques comme ils ne savaient faire que ça. Les villes firent des affiches de bus pour faire savoir qu'elles étaient écolos au passage. Les gouvernements firent des lois, après tout on savait qu'ils savaient faire que ça. Les dictatures levèrent des impôts parce qu'on ne savait pas vraiment pour le reste.

 

Je désire acheter le ciel....

Les internautes vidèrent leurs penderies, leurs greniers, leurs garages et mirent le tout sur ebay. On a vendu des tartes, des bracelets de perles et de coton, des portes clés des pins, des cartes postales, des vieux timbres, des petites voitures et puis plein d'autres trucs. Tout le monde voulait acheter le ciel. Même les mendiants sur leurs petites pancartes avaient écrit comme ils avaient pu "je désire acheter le ciel.... moi aussi".

 

Et ils l'ont eu. Le ciel. Je sais pas comment mais ils l'ont eu. L'acte de propriété a été remis à la gamine de départ.

 

Et puis, je me souviens, quelqu'un a dit "Il faudra couper le ciel. ", juste avant le grand silence, juste avant le grand fracas.

 

Je désire acheter le ciel....

Personne n'y avait pensé mais oui. Il allait falloir couper le ciel. Maintenant qu'on le disait, tous ils en voulaient. Après tous, ils avaient tous mis de l'argent dedans, dans ce ciel. Alors ils en voulaient tous un bout. Pourquoi pas hein ? Tous ils en étaient propriétaires. Il faut couper le ciel qu'ils ont dit.

 

Je désire acheter le ciel....

Mais comment coupe-t-on le ciel ? Et puis sur quels principes ? Pourquoi ? Avec quel outil ? Personne ne savait, personne n'avait la réponse. Mais il paraissait évident que si on avait acheter le ciel, on pouvait le découper pour que chacun ait le morceau qui lui revenait de droit. Mais là encore, comment faire pour savoir quel morceau revanait à qui ?

 

Je désire acheter le ciel....

Tout cela n'était pas très logique et ça n'allait pas marcher. Acheter le ciel tous ensemble, c'était pour pouvoir le partager. Pas pour se battre. La petite tout ce qu'elle voulait c'est être sûre d'avoir un endroit où dormir pendant la grande nuit. Et maintenant il fallait couper le ciel ? Pourquoi ? Y avait bien de la place pour tout le monde maintenant qu'on avait viré les anciens propriétaires.

 

Je désire acheter le ciel....

Mais ça ne pouvait pas fonctionner parce que le ciel était trop grand pour que tous puissent voir à quel point la tâche était ardue. Beaucoup trop ardue. Alors que tous hurlaient sur la méthode à adopter, la petite alla dans le fin fond du fond des bois et y enterra l'acte de propriété. Lorsqu'elle revint en ville, elle expliqua qu'on l'avait attaqué, et que des brigands avaient volé l'acte de propriété.

 

Je désire acheter le ciel....

Depuis, ils se disputent encore. Cette fois, ils veulent savoir qui a eu l'audace de voler ce qui appartenait à tout le monde. Et chacun de donner un nom aux voleurs. On allait quand même pas leur dire, qu'il y avait longtemps que les renards avaient dévoré l'acte de propriété.

Publié dans Entre deux.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article