Ré mineur

Publié le par nobody's listening

Mes nerfs tellement tendus. Cordes de violon cherchent leur archet. Cordes de violon cherchent à jouer sans s'arracher. Notes éphémères veulent entrer dans l'histoire. Peut-on se faire entendre quand on a séché les cours de solfège ? Et toi tu sais composer ?

Il y a cette réalité qui s'effrite et moi je joue toujours les mêmes notes. Le même espoir fou qui perd de sa cohérence de jour en jour. Les refrains se succèdent oubliant qu'il faut entrecouper de couplet. Bis repetitat. En bas de la partition juste trois petits points.... Symphonie non achevée, c'est le violon qu'on a euthanasié. Pose pas de question. Le luthier a pris sa retraite. Métier en voie de disparition. Car oui le métier à une voix. J'ai jamais su choisir.

Mes mains tremblent trop pour pouvoir tenir l'archet toutes seules. Alors tout le monde se joue de moi. Chacun à leur tour ils jouent les mélodies qu'ils entendent. Bon plaisir et colère essoufflée. Et je dois retenir la moindre vibration de la moindre corde. Chaque pression, chaque intuition, chaque sensation. A vomir. A gerber. Je voudrais....

Alors à défaut de mains compétentes les cordes se cassent les unes après les autres. Se fracassent les notes en cascade au bout de mes bras inutiles. Quelques larmes prennent le même chemin. Histoire de parfaire le cliché.  Je ne peux pas nier que j'espère noyer les échos. Mais ça peut pas se noyer un écho. Ca respire même pas; Ca s'inhale et ça étouffe. Mais après....

Cordes manquantes au fil du temps, je ne joue plus que des accords déséquilibrés sans plus aucune logique. Je fais avec. Les cris dissonnants qui s'échappent des bouts de ficelle de boyaux. Je savais bien que l'intestin s'effilochait... Un peu comme la métaphore.

Alors moi, au moment du rappel, je couperai à vif ce qui reste de chair viable. Et après, on remettra le tout à neuf. On tentera de jouer ce qu'on veut entendre. Et si ça ne marche pas, on se recyclera en bureau d'écolier.

Publié dans Chronique du vide

Commenter cet article