Le noir ça amincit qu'elle disait.

Publié le par nobody's listening

Ce matin, j'ai vu un fantôme.

Du genre impossible de savoir si c'est un  bon ou un mauvais.

 

Elle avait maigri. Beaucoup maigri. Diminué de moitié. Les cheveux brûlés. L'air perdu.

Flashback... L'anorexie, la dépression, l'hôpital psychiatrique, la fugue, les vampires, le chantage au suicide, lui qui panique, moi qui angoisse en silence, la colère qui monte, les poings serrés, les larmes qu'on avale pour mieux faire couler la rancune. Et puis l'adresse qu'on supprime, les invitations qu'on décline et les numéros qu'on perd plus ou moins par hasard. C'était ce qu'il fallait faire non ? Le mieux pour éviter de souffrir. Mais je sais plus pour laquelle des deux.

 

Echange de banalités, parce qu'on ne s'est pas croiser depuis des années maintenant.... de ma faute.

Qu'est-ce qu'il aurait fallu dire ? Fallu faire ?

 

Je sais pas.

 

Le goût de l'amertume, beaucoup de culpabilité qui ressort. J'avais rien demandé.

 

Je cherche. Des bons souvenirs, il doit y en avoir quelque part. Forcément. Je sais qu'il y en a. Pourquoi je peux pas les retrouver ? Pourquoi je peux pas remettre la main dessus ? La mémoire est une salope et elle fait bien ce qu'elle veut....

Publié dans Les aiguilles en moins

Commenter cet article