La réalité a une sacré force d'impact ce soir....

Publié le par nobody's listening

Histoire de commencer à peupler ce blog...

texte écrit hier pendant mon cours d'analyse de films....

 

Trouve l'idée ! Trouve !
 
Les mots les mots... Les mots ne viennent pas. Coincés dans la gorge ils refusent de sortir.
 
Crache crache crache !
 
Ca bloque. S'arracher l'oeusophage est-ce que ça fait mal ? Ou alors garder, renfermer, condamner, bannir, oublier, effacer.
Se décoller la pulpe des souvenirs au scalpel. Arracher déconvenues précoces. Repeindre gouttes de sang au blanco. Décolorer à la javel.
 
Détends le temps...
 
Décoloration décoloration. La bande a déteint. Couleurs flottent à la surface de la baignoire. Et quand l'eau part dans le cyphon, laissent même pas de trace sur la faïence. Blanc laiteux.
Ca fait peur, l'immensité du vide à remplir. Ca fait bizarre de voir des bouts de soi partir dans le fond du lavabo. Remplir la fosse sceptique au fur et à mesure qu'on se vide. Etrange équilibre.
 
Bascule trébuche tombe vautre !
 
Sauter sans parachute et se rendre compte qu'on ne l'a même pas dessiné. Même pas embauché les Chinois pour coudre les bouts de tissus. Et le choc est-ce que ça fait mal ?
Trouver le point d'impact...
 
Impacter dans ta face ouai !
 
Le mur qui se rapproche et ne même pas trouver la force de hurler pour lui dire de s'écarter. Ne même plus trouver l'air pour remplir les poumons. Atrophiés plus tôt que prévu. Ca tombe mal. Comme si ça pouvait bien tomber.
 
Emmuré...
 
Le silence qui se referme. Pas de mot sur les murs. Pas d'idée. Pas de forme.
 
Pas d'existence.
 

 

Publié dans Entre deux.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article