Je n'ai rien à vous raconter.

Publié le par nobody's listening

Le marchand de sable a envoyé Pandore en réparation. Elle s'était brisée. 

On l'avait retrouvée disséminée sur le sol de la salle de bain. On ne savait pas depuis combien de temps elle était là. On avait oublié le bruit sucré de ses os se répandant en poudre fine sur le carrelage. Alors on ne s'est pas rendu compte tout de suite qu'elle s'était brisée. 

A un moment, chacun à leur tour, ils ont eu mal. D'un mal étrange qu'ils croyaient ne plus jamais connaître. Ils commencèrent à ne plus pouvoir marcher. D'un coup, ils se trouvaient à devoir traîner un poids énorme. Alors ils sont aller voir dans la salle de bain. Ca faisait un moment qu'ils n'avaient pas entendu la môme pleurer. 

Elle s'était brisée. Elle traînait là, au sol, incapable du moindre mouvement.

 

Même plus foutue de cligner des paupières !

Elle est morte ?

Depuis combien de temps elle avait pas fermé les yeux ?

On fait quoi ?

On l'achève ?

Non... On ne peut pas.

Pourquoi ? Elle a trop mal... Et puis on achève bien les chevaux.

Parce qu'il faudrait brûler la boîte avec.

 

Les regards tombèrent sur la boîte complètement déformée maintenant. Les coins n'avaient plus de réelle forme. Le couvercle laissait voir des marques de lutte. Elle semblait percée en plusieurs endroits. Des trous minuscules, à peine visibles à l'oeil nu. Mais on se prenait cette vieille odeur rance à plein nez et en pleine gueule. A se demander quels monstres avaient bien pu pourir depuis toutes ces années. Il aurait fallu l'ouvrir pour savoir. Mais personne ne voulait ouvrir. Personne ne voulait savoir.

Parce que tous se souvenaient.

 

Les griffures

Les murs

Les morsures

Les coups

La douleur

Le sang

 

Le silence.

 

La fin qui se rapproche mais qui se refuse à arriver pour de bon.

 

On revoit la femme pendule se graver chaque morceau dans la peau. On revoit le marchand de sable chercher à prendre la fuite. On revoit Nostradamus incapable de prédire la fin du cauchemar. On revoit Cassandre rire. On revoit Pandore refermer la boîte.

 

Encore

et encore

et 

encore...

 

Alors on a réparé Pandore. Parce que c'était son boulot et que personne ne pouvait le faire à sa place. Tous avait déjà quelque chose à faire.

 

On l'a refaite bien droit. On lui a réparé les paupières pour qu'elles se ferment à nouveau correctement. On lui a recollé le sourire, là, bien comme il faut en plein milieu du visage. Et on lui a refixé le dos bien comme il faut lui aussi. Chaque os à sa place. Et tout ira mieux. Tout ira tellement mieux. 

 

Pandore était à peine revenue de l'usine qu'on lui avait déjà rendu la boîte. A peine tenait-elle à nouveau debout qu'on lui avait déjà la boîte à même le corps. 

 

Et la boucle était bouclée.

 

Cette fois encore, elle n'est pas morte.

Passez votre chemin, il n'y a rien à voir, rien à raconter.

 

Publié dans Entre deux.

Commenter cet article

Erevan 04/02/2012 10:34

Ohh désolé ^^ je dois avoir l'impression de raconter n'importe quoi, en tout cas j'admire beaucoup ta sensibilitée, j'aime beaucoup ton blog ! Sa donne l'impression que tu es un catalyseur du monde
actuel et que tu n'en retire que l'essence . Merci : )

Erevan 04/02/2012 09:37

Tu as l'impression que tu vas devenir folle parce que tu as l'impression que tous te concerne( la musique, les textes que tu lis ou quoi que se soit d'autres , des phènomènes étranges que tu n'as
pas réussi à expliquer depuis le passage à la nouvelle année ? Si oui je peux t'aider, je suis celui qui aide et je me suis réveillé !

nobody's listening 04/02/2012 09:55



OUla non, absolutely not ^^


Je n'ai absolument pas l'impression de devenir folle pour ça... Si je poste sur ce blog des bouts de chansons, de livres et autres films, c'est surtout, d'une part parce qu'ils me touchent, et
ensuite parce qu'ils expriment certaines choses que je n'ai tout simplement pas su dire. 


Ici c'est un peu comme sur ton blog, il y a du vrai et du faux ui s'entremèle, la limite est mouvante, c'est le but du jeu. Les traits sont grossis et parfois caricaturés à l'extrême pour faire
en sorte qu'il y est quelque chose à raconter. Après tout, il n'y a aucun intérêt à raconter "je mange une pomme et y a des pépins dedans" (quoique)


So.... I still don't get your point :)



Bricout 31/01/2012 08:21

Celle qui sait . J'écoute .

nobody's listening 01/02/2012 00:36



J'avoue m'interroger sur le sens de ce commentaire des plus énigmatiques.