Faces like mine

Publié le par nobody's listening

C'est l'histoire de Narcisse au dessus de sa jolie marre. On va dire étang. L'étang c'est quand même plus classe. Déjà ça retire l'image des canards. Bref il était au bord de l'étang et contemplait son reflet. Enfin c'est ce qu'on dit. Ce qui est écrit dans les livres, ou les pots en céramique oranges qui aujourd'hui ressemblent plus à des puzzles. Des puzzles oranges certes, mais des puzzles quand même. 

 

Et si on vous disait demain que Narcisse ne contemplait aucunément sa beauté ? Que se passerait-il ? Que penseriez -vous ? 

 

Narcisse ne se trouvait pas beau. Il ne se trouvait pas moche non plus. En réalité il apprenait juste. Il apprenait la forme de son nez, la couleur de ses yeux, l'épaisseur, le nombre et la densité de ses cheveux. On pourrait dire qu'il apprenait à se connaître en réalité. Il cherchait la trace d'une mère, d'un père et de toute la famille derrière. Il cherchait une histoire qu'on lui avait refusée, des souvenirs qu'on aurait dû lui raconter. Nulle trace de tradition sur le visage de Narcisse. Nulle trace de transmission sur sa peau. Rien. Narcisse pousse son exploration plus loin. Il se parle durant de longues heures. Il invente et reconstitue les légendes. Sans savoir s'il s'agit de celles qui ont été, auraient pu être, ou qu'il aurait simplement voulues. Il se dit que dans le lot, il y en aura bien une qui sortira pour clamer haut et fort la vérité. Alors Narcisse pourra vivre heureux. Il pourra quitter l'étang plus léger et dormir du sommeil du juste. Et surtout, Narcisse aura quelque chose à raconter à ses enfants. C'est important. Ses enfants à lui n'auront pas à disséquer la surface de l'eau pour savoir. 

 

Mais la vérité ne naissant pas de kyrielles aquatiques, Narcisse fatigué frappe un grand coup cet autre dans l'eau. Mais on ne peut se déchaîner sur ce qui n'a pas de substance. Alors lentement, Narcisse enlève ses vêtements un à un. Il les plie et les dépose consciemment sur le sol. Il trempe ses pieds dans l'eau, et lentement y plonge tout entier. La tête sous l'eau, on y voit beaucoup plus clair. 

 

Et aujourd'hui, Narcisse nage encore, d'étangs en océans. Mais surtout, il a trouvé des histoires à raconter à ses enfants. 

 

A ma mère....

Publié dans Les aiguilles en moins

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article