Du complexe de la pelote de laine.

Publié le par nobody's listening

Le pépin, c'était officiel, voulait devenir mouton. Mais il y a du chemin entre l'état de pépin et celui de mouton. Pourtant, le pépin refusait de se laisser décourager. 

 

Alors il prit un sac à dos, y mit des crayons et un peu de papier. Et puis surtout, il prit un avion. Un avion qui traversa toute la planète. Il savait que le monde était grand, mais il en avait maintenant la preuve. Le voyage était tellement long qu'il dû s'arrêter au pays du matin calme. C'était pas très bon d'ailleurs la bouffe dans l'avion. Pas bon du tout. Mais c'est pas grave parce que c'était pas la destination finale. 

 

Le pépin se rendait au pays des moutons. Et une fois arrivé, il n'en crut pas ses yeux. Des moutons, il y en avait partout ! Tellement partout que c'était impossible de les compter. Mais c'était pas grave. Le pépin allait pouvoir se faire plein d'amis. Il a parlé avec plein de moutons tout doux et qui faisaient plein de câlins. Il était tellement heureux le pépin d'être entouré par autant de douceur ! 

 

Mais un jour, il fallut bien rentrer. Le pépin avait plein de souvenirs à garder. Même si sa mémoire était un peu trouée, un peu percée. Il savait qu'il garderait quand même le plus important. On peut pas oublier comment c'est doux un mouton. 

 

Mais entre sa corbeille de fruits et le pays des moutons il y avait beaucoup de décalage. Tellement de minutes s'étaient perdues dans le voyage que les douleurs latentes lui tambourinaient maintenant le crâne. C'est pas grand chose pourtant des minutes. Sauf que c'est tellement pas grand que ça se glisse sous l'écorce et ça reste coincé sans que le pépin ne puisse y faire quoique ce soit. 

 

Elles sont tellement lourdes ces minutes qu'il faut un temps presqu'infini pour les sortir de là. Le pépin dort en décalé, ça traîne à réparer. Et les montagnes d'ensablés s'aggrandissent. 

 

Pépin a mal à la tête. Pépin s'arrête pour pleurer aux arrêts de bus. Pépin n'écrit pas comme ils veulent. Pépin se sent seul contre tous. Pépin n'a pas assez d'amis moutons. Et puis Pépin voit sa corbeille de fruits envahie. Lentement. Mais sûrement.

 

Mais Pépin, il avait appris beaucoup de ses amis moutons. Il avait un plan pour conquérir le monde. Et ça commence par la corbeille.

 

And I am aware now

That everything's gonna be fine.

One day.

Too late, I'm in hell....

[Seether : Fine again]

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rime 23/11/2011 16:51

J'aime mais... J'vais avoir besoin de ton aide pour reconquérir la Corbeille !
Non franchement j'adore...