Chronique du vide : je devrais pas lui donner de titre

Publié le par nobody's listening

Parce qu'on cherche sa réalité dans les miroirs, au final tout ça n'a pas vraiment d'importance. Retouche numérique sur surface dépolie. Réaction épidermique ? Nulle et non avenue. Pas de chance. Essayons encore....

On pourrait...

Il y a les murs qui parlent et personne ne les écoute. Des murmures déguisés en absurdités déguisés en carries déguisées en bonbons qui n'ont pas de déguisement parce que les mises en abîme ça va bien deux minutes.

Alors on disait quoi déjà ? Une histoire de mur je crois. Il y a toujours des murs dans l'histoire. C'est un peu le running gag maison. Et pour courir on s'y connaît. Pour les gags moins par contre. C'est un détail. Mais tout est affaire de détail !

Ca doit encore être cette magnifique capacité à décaler les choses.

Les mots ça a un sens fluctuant. Etonnant.

Le signifiant qui vaut plus que le signifié. Et au final on oublie.

Il y a ce goût de mensonge qui reste sur les lèvres. Il n'en bouge pas. Jamais. Parce qu'il faut toujours être prêt à bondir. Tu l'avais vue venir, cette menace à la con ?

Position foetale, retour case départ. Et les 20 000Fr c'est dans le cul. Juste à côté de la carte bleue on sait.

Alors ?

On en revient au mur.

Impasse.

Deux trépasse.

Toi et tes jeux de mots foireux.... Tu nous gaves. Alors que nous on voulait pas manger. Il faudrait se mettre d'accord.

Je vous annonce officiellement que nous sommes trop serrées.

Je vous annonce officieusement que je ne sais plus quoi faire.

Alors l'instinct de survie se prend la tête avec la raison. Bataille sans merci parce qu'aucun des deux ne veut lâcher prise. Tout deux persuader d'être dans le vrai. Un peu comme si le vrai était une de ces espèces de bain désinfectant. Sauf qu'on en sort jamais plus propre. Folklore inutil et dépassé. Tout le monde sait que l'instinct de survie va gagner.

Alors ?

C'est amusant les phrases qui tombent pile derrière l'oreille. On y avait jamais fait gaffe et puis paf ! D'un coup il y a des échos, des références, des redondances....

On fuit ou on recherche le silence ? Tout dépend. De la saison, de l'humeur,de l'heure, de de de de de.... Error system.

Mais c'est pas grave. Plus rien n'est grave passé un certain stade.

Est-ce que quelqu'un dans cette vieille carcasse se souvient comment on fait pour hurler ?

Question intéressante...

Vous avez quatre heures et il vous reste tout vos jokers.

Vrai ?

Pour les jokers non, plus rien, et pour le temps, tout dépendra de combien de temps on peut encore tenir.

Moi j'm'en fous, c'est pas vraiment comme si....

Alors....

On verra demain.

Comme toutes les nuits,

on verra demain.

 

Aller, essayons d'aller dormir plutôt que raconter de la merde >.<
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article