Caillasse en granulée

Publié le par nobody's listening

Nostradamus sait plus, Nostradamus a oublié

ce qui n'est pas encore arrivé.

 

Nostradamus hurle par la fenêtre

à qui le lui rendra.

 

Il a mal à la tête et ça lui sert à rien.

 

Sur la plage il a couru. Sable volant enserrant chevilles et consensus. C'est tout sauf consenti. Non événement puisqu'il ne sait pas. C'est bien lui qui décide non ? Alors elle est où la clé ? La solution miracle au problème qu'on énonce pas ?

 

Il a mal à la tête et ça lui sert à rien.

 

Il a pas l'air con sur son grain de sable démultiplié. Mais faut bien. Prédiction météorologique. Demain il grêle. Et il a pas de casque. Alors c'est mal barré. Très mal barré.

 

Il a mal à la tête et ça lui sert à rien.

 

Nostradamus s'éclate de catastrophe en catastrophe. De malentendus en malentendant. De quiproquos en qui prend quoi. Lui au final il prend rien. Il lui reste rien. Rien que ce qu'il y a sous le sable. Mais le sable y en a trop. Alors il a pas fini de creuser.

 

Il a mal à la tête et ça lui sert à rien.

 

A rien qu'à pleurer. Qu'à se barrer ailleurs comme il peut. Mais au final il est toujours coincé là. Ca lui sert à rien qu'à s'étirer les bras pour toucher demain qu'est pas plus proche qu'hier.

 

Il a mal à la tête et ça lui sert à rien.

 

Il sait plus qui avait prédit qu'il prédirait l'avenir, mais il a dû se tromper. Pas le bon gus pas le bon fuseau horaire. Problématique.  Homonymie à l'aéroport alors on l'a refoulé à l'entrée et il se retrouve avec les restes dont personne veut. C'est pas de chance. Vraiment pas.

 

Il a mal à la tête et ça lui sert à rien.

 

Gratter les coquillages pour passer le temps. Tout ça pour comprendre que le temps se passe de lui.

 

Nostradamus finira par aller voir ailleurs si y a pas d'autres cailloux à retourner.

Publié dans Les aiguilles en moins

Commenter cet article